Petit Cœur :

En hommage à Cosette,
Ainsi qu’à toutes ces femmes qui se font violenter.

Refrain X 1

Femme perdue en chemin
Me rencontre et efface son chagrin
Elle découvrit le grand amour avec moi
Je me sens à l’aise avec elle, dans ses bras
C’est la première fois que ma fleur s’épanouissait
Grace à elle, je souris, j’oublie,
Dans une valse, nos corps s’enlacent, nos corps s’enlacent, nos corps s’enlacent.

Je l’aimais de manière insensée
On a vécu ensemble des moments intenses
Dans un monde rempli d’insouciance
Où il ne reste plus que douleur et souffrance
Oublie la tempête qui a dévasté ton bonheur
Et qui t’avais laissait dans un océan de malheurs

Tes larmes ruissellent dans le ciel
Je vous dirai qu’elle a perdu l’essentiel
Ton prénom n'était pas facile à porter
Le monde t’a laissé un lourd passé

Quand j’ai reçu tes lettres intimes, après ta mort
Mon cœur s’est rempli de remords
Je me rends compte qu’elle m’aimait plus que tout
J’aurai dû écouter plus son cœur ainsi que le mien
Et moins les avis de certains
Par un présent onéreux, elle s’écrie tu es fou !
Mais l’amour est bien plus gros, que quelques sous.

Je me rappellerai tout ma vie de ces moments intenses qu’on a passé ensemble
On aurait été heureux du moins il me semble.

Si tu me quittes, je mets fin à ma vie,
Cette phrase un jour elle m’a dit.
Pour moi à l’époque une phrase peu classe
Qui m’a mis mal à l’aise
J’ai l’ai pris pour une menace
Quelle folie lui a pris
Sous la panique de cette réalité
Avec regret je l’ai trompée
Plus le temps
Passe,
Passe,
Et mes yeux se décrassent
Je la comprends désormais, Dans ce texte incomplet,
Me disait qu’elle m’offrait sa vie,
Moi, idiot je n’ai rien compris.
C’était une femme qui n’a pas vraiment connu l’amour
Et qui voulait juste connaître ça un jour
Être comprise par cette société qui l’a rejetée.
Moi-même je suis à blâmer
À cause de moi la lame a dansé sur son bras
Taillant des mots, et des traits bien droits.
Elle m’a pardonné et m’a offert son cœur une seconde fois
Mais cela s’est terminé, pour des conneries à tout va.
Je me sens minable,
Je me sens petit,
Et là encore, mon corps s’affaiblit.

Refrain X1

Avec un nouvel homme elle reconstruit sa vie,
Qu’il ne tarda pas à lui arracher,
Le crime est le meilleur moment pour la nuit
Pour les personnes qui se sentent délaissées.
Le couteau se déchaîna comme une vague sur une rugueuse falaise…
A l’annonce de cet acte qui met mal à l’aise
Je me sens enfermé comme une bouteille à la mer
Et aujourd’hui plus jamais je ne saurais me taire.
Je ressens encore son âme flotté dans les airs.

Comme un loup blanc triste et solitaire
Certains se sont joués de ma colère
Je pense agir et traquer ma proie
Ma haine pour cet homme s’accroit
Mais ma meute me guida vers le droit chemin
Pour éviter encore plus de chagrin

Refrain X 1

De grandes ailes nous aideront,
De grandes ailes nous emmèneront
Dans ce monde gracieux,
Dans ce monde merveilleux.

Pardonnez-moi de ce geste, si égoïste, aux yeux de certains
Mais cet abysse en moi est si profond, qu'il n’arrive plus à se cicatriser
Je me sens enclavé, du fait que je porte un lourd fardeau
J'ai des remords de ne l'avoir pas su la comprendre, à travers ses mots
Et d'avoir écouté ces rapaces, aux cœurs de pierres, assoiffés de jalousie
Qui tournoyaient autour de notre amour

Et quand je vois, qu’elle a réussi à reconstruire sa vie,
Malgré les échecs, qu’elle a rencontrés sur son chemin,
Jusqu'au jour, où une tempête l'emporta au ciel

Ce geste révèle aussi, qu'il n'y a pas qu'une victime,
Mais plusieurs victimes au sein des proches

A toutes ces femmes qui se font violenter
A toutes ces femmes qui recherchent un peu d’amour
A toutes ces femmes qui se cachent pour pleurer
A toutes ces femmes qui un jour…

Il y aura toujours quelqu’un, pour vous écouter et vous épauler
Mais cessez de vivre dans ce cauchemar, il faut en parler
Mais, ne terminez pas, comme ce conte si délabré.

Refrain X3 :

Je veux juste fermer les yeux et voir l’autre monde,
Un endroit merveilleux, où la terre n’est pas ronde.
Juste fermer les yeux et voir l’autre monde,
Un endroit merveilleux, où la terre n’est pas ronde.

Texte protégé par la SNAC